Nos actualités

LA VOITURE ELECTRIQUE C’EST DE PLUS EN PLUS BRANCHÉ …

Même si les chiffres de ventes restent modestes, la progression des voitures électriques est exponentielle. Alors, demain, serons-nous tous branchés ?

La réponse est oui ! Pas parce que nous n’aurons plus de pétrole, que l’essence sera hors de prix, mais tout simplement parce que c’est dans l’air du temps, que ça répond à une attente sociétale. Et les chiffres le prouvent : 10.555 véhicules électriques vendus en 2014, 17.240 (+61 %) en 2015, 21.793 (+26,5 %) en 2016 et 18.757 sur les 9 premiers mois de l’année. Une progression constante, bien plus sensible en milieu urbain, où l’équipement en bornes est dense, mais notre département s’y met aussi grâce à l’ambitieux programme d’installation de bornes initié par le SDE ).

Parce que le principal obstacle (outre un prix de vente parfois prohibitif) au développement de la mobilité électrique, c’est la difficulté à faire le «plein», d’autant que l’autonomie est assez limitée. Déjà, il faut disposer chez soi d’un garage (pas question de la recharger sur le trottoir…) et avoir la garantie de pouvoir remplir les batteries à peu près n’importe où. On n’y est pas encore mais ça vient tout doucement. Et ça va s’accélérer, l’offre va se caler sur la demande. «Il y aura de plus en plus de véhicules électriques, prédit Thierry Seurre, directeur des ventes à Renault-Tarbes. D’abord, parce que l’autonomie des voitures progresse, on arrive à 400 km avec la nouvelle Zoé, et puis il y a de plus en plus de bornes. Nos ventes ? Elles progressent, 15 Zoé en 2014, 53 en 2015, un petit creux en 2016 avec 23 unités et 31 depuis le début de l’année.»

Pas mal, même si ça ne représente qu’1,8 % du marché, pour l’instant…

LE SDE A LA POINTE

Le Syndicat départemental d’énergie a lancé un programme d’installation de cent bornes (chacune pouvant recharger simultanément deux voitures), dont la moitié est déjà installée. Le coût, 1,1 M€, est financé à 50 % par l’État, 20 % par le SDE, autant par les communes et 10 % par le département. Jusqu’à la fin de l’année, la recharge est gratuite ; ensuite, ce sera payant via la carte Reveo, valable en Occitanie et Nouvelle Aquitaine (12 € d’abonnement annuel, puis 1,50 € la recharge d’une heure).

Repères

Le chiffre : 1,8 %
Du marché > Automobile. Pour le moment, mais la progression est à deux chiffres chaque année…

 201711251761-full