EXTENSION DU SDE65 : LES TRAVAUX S’ACHÈVENT

EXTENSION DU SDE65 : LES TRAVAUX S’ACHÈVENT

EXTENSION DU SDE65 : LES TRAVAUX S’ACHÈVENT

La réception du bâtiment a eu lieu le 14 octobre 2020 avec quelques réserves pour la finition.

Les agents pourront dès la semaine prochaine aménager dans ces nouveaux espaces de travail.

Rappelons que cette opération a permis d’agrandir les locaux du SDE65, qui étaient devenus insuffisants suite à l’augmentation de l’effectif, recruté dans le cadre des nouvelles missions sur la transition énergétique (+ 10 agents en 6 ans).

Elle a aussi permis de mettre aux normes accessibilité PMR le bâtiment avec l’installation d’un ascenseur. Le tout en respect des nouvelles normes énergétiques (isolation, géothermie et énergie solaire).

LE SDE65 EN ROSE

LE SDE65 EN ROSE

Comme beaucoup d’autres collectivités, le SDE65 a choisi de se “mettre en rose” en ce mois d’octobre, en soutien à la campagne de lutte contre le cancer du sein.

Une opération que peut réaliser le SDE65 sur demande des communes.

Pour rappel, la règlementation impose d’éteindre les éclairages de mise en valeur à minuit.

lutte contre le cancer du sein
LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Lorsque l’on parle de transition énergétique, souvent, on pense d’abord aux systèmes de production d‘électricité verte, avec ses installations d’éoliennes ou de panneaux photovoltaïques.
Mais si, comme le dit l’adage, l’énergie la moins chère et la moins polluante est celle que l’on ne consomme pas et ne produit pas, la sobriété et l’efficacité énergétique sont alors les deux premières actions à mener pour réussir sa transition énergétique.

La transition énergétique :

La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit désormais à l’horizon 2030, et par rapport à une référence 2012 :
– une diminution de 20% de l’énergie globale consommée ;
– une réduction de 40% de la consommation d’énergie fossile primaire.

Le renforcement des actions en matière de sobriété et d’efficacité énergétique va permettre de diminuer la demande globale en énergie, mais il convient parallèlement de réfléchir à la façon de produire l’énergie dont on a ou aura besoin.
On va ainsi distinguer d’un côté le besoin en énergie électrique, et de l’autre le besoin en chaleur, qui pèse près de la moitié de la consommation finale d’énergie en France. La chaleur renouvelable a donc un rôle important à jouer dans la transition énergétique.

La chaleur renouvelable :

Fin 2019, la part de chaleur renouvelable représente 20% de la consommation finale de chaleur. Elle devra quasiment être doublée d’ici 2030 pour atteindre les objectifs fixés.
Une accélération est donc nécessaire pour atteindre cet objectif ambitieux.
Pour produire de la chaleur renouvelable, plusieurs ressources sont utilisées : l’énergie de la terre peut être captée grâce à la géothermie, l’énergie du soleil grâce au solaire thermique et le potentiel énergétique de la ressource bois avec le bois-énergie.
La chaleur peut également être produite en valorisant des déchets par méthanisation, ou encore en utilisant la chaleur résiduelle (ou chaleur fatale) générée par un processus industriel, on parle alors de chaleur de récupération.
Utilisées directement ou dans un réseau de chaleur, ces différentes ressources de chaleur renouvelable participent à l’atteinte des objectifs de décarbonation de notre économie.

Et le froid ?

Face au dérèglement climatique et aux épisodes de fortes chaleur de plus en plus fréquents, il ne faut pas s’interdire de climatiser. Un froid renouvelable peut aussi se développer, par exemple en utilisant la technique dite du “géo-cooling”. L’installation géothermique qui chauffe les bâtiments l’hiver va aussi les rafraichir l’été.

Passer à l’action

La chaleur renouvelable est une énergie locale. Elle est présente partout et participe activement à la dynamique économique du territoire. En se substituant aux énergies fossiles, elle permet d’atteindre les objectifs de décarbonation de notre économie.
Le SDE des Hautes Pyrénées est l’opérateur territorial pour le développement de la Chaleur Renouvelable sur le département. Son service « Transition Energétique » accompagne les collectivités dans l’analyse et la mise en œuvre de solution pour assurer la transition énergétique.

 

Plus de renseignements auprès des Conseillers en Energie du SDE65
05 62 93 20 06 / sde65@sde65.fr
LA SEM Ha-PY ENERGIES ET URBASOLAR ONT SIGNÉ UN PARTENARIAT DE 22 MILLIONS D’EUROS

LA SEM Ha-PY ENERGIES ET URBASOLAR ONT SIGNÉ UN PARTENARIAT DE 22 MILLIONS D’EUROS

Née il y a quelques mois, la SEM HaPy Énergies lance ses premiers projets. Cette société d’investissement public privé a été créée par le SDE65 en février dernier. Son objectif : investir dans la production d’énergies renouvelables.

Le mercredi 16 septembre, les partenaires impliqués dans les premiers travaux lancés par la SEM se sont retrouvés à l’occasion de la signature des pactes d’associés avec la société Urbasolar au Pic du Midi.
HaPy Énergies est dotée d’un capital de 1,1 million d’euros. Elle a à ce jour deux actionnaires : le SDE (majoritaire) et le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne Énergie Nouvelle. Ils seront rejoints en 2021 par le conseil départemental, l’agence régionale de l’énergie et du climat, ce qui portera le capital à 2,5 millions.

“La clé de la réussite de la SEM, c’est de trouver des partenaires extérieurs capables de financer les projets”, a expliqué Daniel Frossard, ancien président du SDE. “Peu de développeurs croyaient dans les Hautes-Pyrénées et le SDE. Urbasolar a repris quelques projets et en a amené un autre.”

Urbasolar est un groupe basé à Montpellier qui travaille à l’internationale dans le solaire photovoltaïque.

Plus d’énergie renouvelable

“Je crois en ce modèle de SEM, qui représente l’équilibre entre le rôle de la collectivité et du privé”, a déclaré Michel Pélieu, président du département, qui a exprimé ses souhaits de voir une hausse de la production d’énergies renouvelables en Hautes-Pyrénées.
Les projets prévus en partenariat avec Urbasolar ont été présentés, en compagnie des maires des communes concernées. “Ces cinq projets, cela représente 23 mégawatts et 20 millions d’euros d’investissement. Ils couvrent la consommation électrique de toutes les communes concernées plus Bagnères”, a souligné Stéphanie Andrieu, présidente de la société. “Pour chacun, on a à cœur de travailler avec des entreprises locales pour la mise en œuvre.”

Cinq projets variés

Les deux premiers concernent Rabastens-de-Bigorre. Une toiture et des ombrières photovoltaïques seront installées au Parc du Val d’Adour, le marché aux bestiaux. Les travaux démarreront en fin d’année, pour une mise en service en 2021. Un autre projet d’ombrières doit se lancer au centre commercial d’Orleix, pour livraison en 2021.

À Bours, l’ancienne gravière va être transformée en centrale photovoltaïque au sol. Ce projet, lancé par le maire de la commune, a nécessité des négociations avec le département, car le tracé de la future rocade passait à cet endroit. Il a été modifié, et la centrale devrait voir le jour pour 2022, le projet étant en attente du feu vert de la Commission de régulation de l’énergie.

Enfin, un partenariat a été signé pour un autre projet d’une grande centrale à Oroix et Pintac, cofinancé par les communes, mais aussi un financement participatif. “On lance une collecte de financement citoyen pour compléter, un investissement avec 5 % garanti”, a expliqué Stéphanie Andrieu. Beaucoup d’étapes administratives doivent encore être franchies avant les travaux, mais l’objectif est une mise en service en 2023.

PATRICK VIGNES, PRÉSIDENT DU SDE65 , À LA RENCONTRE DES TERRITOIRES

PATRICK VIGNES, PRÉSIDENT DU SDE65 , À LA RENCONTRE DES TERRITOIRES

Dès son élection, le nouveau Président duSDE65 avait annoncé son intention de rencontrer les élus des Hautes-Pyrénées en présence des services, pour présenter le rôle et missions du SDE65 et recueillir leurs attentes.

Il a choisi de le faire par communautés de communes avec qui le SDE tisse des liens de plus en plus étroits pour la transition énergétique.

La première réunion s’est tenu à Bagnères de Bigorre, le 29 septembre dernier. La quasi totalité des maires de ce territoire, ou leur représentant, étaient présents et très satisfaits de pouvoir rencontrer ce service très important pour le développement local.